Aspects philosophiques

On peut se poser la question de l'utilité d'un telle démarche de préservation de la mémoire.

En effet, au fil des siècles, l'homme a perfectionné toutes ces techniques de façon spectaculaire et a atteint un degré d'expertise impressionnant.

Il s'est ainsi libéré d'une série de tâches ingrates et dures. On serait peut-être même tenté de dire que ces connaissances, à priori, ne sont donc plus d'aucune utilité. Mais pourtant...

 

 

1) L'avenir...

Qui peut affimer aujourd'hui que le futur de l'humanité s'envisage de façon sereine ?

Les défis environnementaux sont énormes. A court terme, la raréfaction du pétrole va sans doute fortement réduire les déplacements et les transports autour de la planète. La production du plastique diminuera aussi.

De ce fait, une série de choses devront à nouveau être produites localement et sans recours à la pétrochimie. Sur un simple plan matériel, ces connaissances pourraient donc s'avérer très utiles

Des prises de conscience voient toutefois le jour. On revient çà et là à des techniques plus respectueuses des sols... On envisage d'autres paradigmes... C'est le moment pour l'homme d'inventorier ses connaissances...

 

 

 
 
 
 
 

Homo habilis

 

2) Le lien ancestral

En seulement 3 ou 4 générations, l'homme moderne s'est coupé de ses racines et de la nature. Il a ainsi rompu le lien d'avec les 100.000 générations qui l'ont précédé depuis Homo habilis... et d'avec les 288.000 générations depuis Toumaï !

A-t-il le droit d'interrompre ainsi cette lignée ?

N'est-il pas un peu... trop présomptueux ?

En quoi est-il plus sage que tous ceux qui l'ont précédé pour prendre cette décision d'oublier son héritage ?

Car la sagesse ne semble pas trop être le fort de l'humanité actuelle...

(Si vous avez des doutes la rubrique "Philosophie" de la page "Bibliographie" vous donne quelques références à consulter...)

 

 

3) Un autre regard sur nos ancêtres et l'ingéniosité de notre espèce

Quiconque va en forêt avec l'idée de simplement allumer un feu au moyen de ce qui l'entoure… ou d'extraire du métal... va rapidement comprendre et de façon édifiante les défis auxquels se sont confrontés nos ancêtres.

C'est alors une profonde admiration et un respect sincère pour leurs efforts et leurs coups de génie qui va s'installer doucement. La précision et la méticulosité des gestes dont ils ont dû faire preuve devient évidente.

L'imaginaire collectif de l'homme des cavernes, brute hirsute tirant sa femme par les cheveux, va vite disparaître... au profit de l'image d'un ancêtre raffiné, subtil, précis et intelligent.

Il est quasiment assuré aujourd'hui que nos ancêtres "Homo" avaient à peu de choses près la même intelligence que nous, mais seulement moins de connaissances.

En refaisant leurs gestes, en se posant leurs questions, en essayant de suivre leurs raisonnements, on se sent ensuite véritablement relié à notre espèce et à tous ceux qui nous ont précédés.

 

 

4) Le lien à la Nature

Quitter pour un temps notre monde électronique, retourner mettre les mains dans la terre... C'est une révélation !

Une fois dans la nature avec l'idée de retrouver une ancienne technique, on est obligé de se reconnecter à ce qui nous entoure  de façon intense et à tout appréhender avec un œil nouveau.

Reconnaître les arbres et les roches, tenir compte des saisons, observer tout ce qui vit… et souvent, au détour d'un chemin, s'émerveiller devant la beauté et le génie de la vie.. comme devant la complexité d'une toile d'araignée par exemple...

C'est l'occasion de (re)découvrir la vie de façon concrète, de ressentir au plus profond de soi la connexion à notre Terre nourricière et à ses bienfaits.

C'est reconscientiser la place de l'homme dans l'écosystème, la nécessité de protéger notre environnement pour les générations à venir.

 


Copyright © 2016 - ACAP

 

 

5) Le rapport au temps

Le monde actuel se caractérise par l'immédiateté.

Or, nombre de techniques ancestrales demandent de prendre du temps... De les pratiquer demande de ralentir, de se poser, de redécouvrir le temps nécessaire aux choses...

C'est parfois une forme de méditation.. L'occasion de retrouver des rythmes plus... humains !

On est aussi confronté, par les études archéologiques, à des échelles temporelles qui nous dépassent... que l'on ne peut peut imaginer... Notre ligne du temps essaie précisément de faire prendre conscience de cette dimension... Cela relativise beaucoup de choses...

 

 

6) Le lien à l'Univers

En rédécouvrant ces techniques et connaissances, la notion de "hasard" est souvent ébrèchée... Car tout est là... Et les "coîncidences" ou la "chance sur un million"... mais qui se produisent néanmoins posent question...

Cela peut amener à ressentir un lien à l'Univers ou à quelque chose de plus grand qui nous dépasse…

 

 

7) L'enfant intérieur

La démarche de l'Académie se veut sérieuse et scientifique... mais en incluant la joie de vivre !

Redécouvrir ces anciennes techniques, c'est aussi retrouver l'enfant intérieur en nous, l'enfant qui s'émerveille de la moindre chose, du moindre progrès. L'enfant qui joue... car tout cela peut bien sûr être pris comme... un jeu !

 

 


Copyright © 2019 - Académie des Arts Premiers - CMS Sophia 2.08